By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Après le mouvement lent de la petite sonate en la Majeur, je vous propose le mouvement lent d’une sonate beaucoup plus tardive : celle en do mineur C’est la première des trois dernières immenses sonates de Schubert composées en 1828 peu de temps avant sa mort: un des chef d’œuvre du compositeur, des sonates dont on a souvent reproché les longueurs et pourtant que de beauté dans ces pages ! Celle-ci est un hommage au maître disparu Beethoven que Schubert admirait par-dessus tout mais qu’il n’osa jamais aborder par timidité Elle est ainsi très Beethovénienne surtout dans son premier mouvement Ce très beau mouvement lent quant à lui alterne comme c’est souvent le cas chez Schubert des passages très tendres avec des passages beaucoup plus tendus, tourmentés Laissons la parole à Schumann qui décrit ces dernières sonates en ces termes :« cette musique comme si elle ne pouvait absolument finir sans jamais s’embarrasser de ce qui va suivre, toujours musicale et chantante, continue de page en page, entrecoupée ça et là de mouvements plus violents, mais que bien vite l’on voit se calmer » Des pages qui m’ont occupé un bon petit moment car si elles n’offrent pas de difficultés techniques insurmontables demandent une attention de tous les instants pour offrir le plus de musicalité possible