By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Peugeot 1007 1.6 HDiLancée en 2005, la 1007 fut la première voiture de série de Peugeot à utiliser le double zéro central. Cette citadine longue de 3,73 mètres mais haute comme un monospace a une particularité qui la rend unique : elle dispose de portes latérales coulissantes électriques. Nous l'essayons ici en 1.6 l HDI 110 ch avec filtre à particule dans sa finition haut de gamme Sporty Pack.Avec les portes latérales coulissantes et la hauteur de la voiture, donc celle des sièges, l'accès à bord est vraiment très aisé. En revanche, une fois assis, la position de conduite assez verticale n'est pas des plus confortables. Petite originalité : les contours des aérateurs peuvent changer de couleur avec ce que Peugeot appelle des Kit Cameleo, interchangeables.Au volant, la 1007 se montre assez confortable et le comportement correct malgré la hauteur qui engendre forcément du roulis. La bonne surprise vient du moteur 1.6 l HDI qui se montre à l'aise et donne un certain agrément de conduite à cette 1007 avec des reprises enfin décentes. Evitez la version 1.4 HDI de 70 chevaux, vraiment très à la peine dans cette voiture, même si elle est moins chère.L'accès aux places arrière se fait par l'avant, comme dans n'importe quelle trois portes. Pas de banquette à l'arrière mais deux sièges individuels, car oui, il s'agit d'une 4 places. Ces deux sièges peuvent coulisser indépendamment mais en position avancées, ils deviennent impraticables. Aux pieds des passagers se trouvent deux trappes de rangement dont une était prise ici par le caisson de basse JBL.L'un des points faibles de la voiture vient de son coffre, trop petit. Certes, vous pouvez l'agrandir en avançant les sièges arrière. Mais le volume reste quand même limité. Et puis ce couvre-bagages ne remonte pas en même temps que le hayon, et oblige lors du chargement à le soulever soi-même. Pas pratique du tout. Notez quand même que les sièges arrière peuvent se rabattre.Au départ, la 1007 était un bonne idée grâce à ses...